Etre guide dans l’Himalaya

La raison pour laquelle j’ai décidé de devenir guide est parce que j’aime mon pays, le Népal. J’aimerais que tous les randonneurs et les personnes qui aiment la nature en général apprennent à le connaitre. Cependant, personne ne devient guide immédiatement. Vous seriez en effet surpris de savoir qu’il y a un certain nombre d’étapes à franchir afin de devenir guide. J’ai commencé en tant que porteur, puis j’ai fait partie de l’équipe de cuisine et je suis devenu chef cuisinier. Les guides connaissent donc  toutes les “ficelles”. Cela vous donne plus de crédibilité avec vos collègues, mais aussi avec vos clients. Je pense que c’est rassurant pour tous de savoir que votre guide est fort physiquement et mentalement!

En tête de la cordée pour l'ascension du Rupina La

Etre “l’homme de la situation” est en effet très important. Respecter son équipe et travailler d’arrache-pied est le seul moyen pour un guide d’avoir la confiance de tous. Etre patient est également une clé de réussite. Je suis toujours patient avec mon équipe et mes clients.

En tant que guide, je me dois d’être très organisé. En effet, je ne suis pas seulement responsable pour mes clients, mais également pour mon équipe. Je peux être en charge de 30 personnes et plus, donc oui, être organisé est très important. Il en va de même pour mon aptitude à prendre des décisions rapides. Toutes sortes d’urgence, du mauvais temps aux blessures légères, demandent une réaction immédiate de ma part. Je n’ai pas la possibilité d’hésiter. Mais ne vous inquiétez pas, ce genre de situation n’arrive pas souvent!

Un autre élément essentiel pour un être un bon guide est d’avoir des connexions, aussi bien à Katmandou que sur les sentiers, au Népal ou au Tibet. J’ai réalisé qu’avoir des contacts un peu partout rend mon travail plus facile. Si l’on rencontre un changement de programme lors de la randonnée, par exemple si l’on finit plus tôt que prévu,  je peux réserver un hôtel en étant sur les sentiers. Pouvoir résoudre un problème lorsque l’on est dans les montagnes en appelant mes contacts est incroyable et rassurant!

J'aime rencontrer les gens et apprendre à les connaitre

Ce que j’aime aussi dans mon travail est que je rencontre un grand nombre de personnes. J’aime écouter les histoires de mes clients, apprendre à les connaitre et je suis même ami avec la plupart d’entre eux.  J’aime également parler de ma vie, de mon pays et de son histoire. Connaitre les sentiers n’est pas la seule chose qu’un guide a besoin de connaitre. Un bon guide doit aussi pouvoir parler de son pays et son histoire. J’aime beaucoup l’histoire et c’est donc très intéressant quand mes clients me posent des questions! Bien sûr, mes montagnes, l’Himalaya et la nature n’ont pas de secrets pour moi. Il en va de même pour le nom des fleurs que l’on rencontre sur les sentiers, ou le nom des arbres, ou encore les différentes sortes de climats. Je sais également reconnaitre les plantes toxiques, même si l’on en rencontre peu sur les sentiers!

J’espère que j’apporte beaucoup à mes clients et qu’ils connaissent mieux le Népal quand ils rentrent chez eux. Le Népal est un petit pays, mais un grand pays quand il s’agit de la nature. Je suis très fier d’être Népalais. Les gens ici travaillent très dur et nous sommes toujours heureux de rencontrer les randonneurs. Mon but est que ces derniers voient, comprennent et profitent du Népal autant que possible.

J’essaie toujours d’établir un contact avec mes clients avant la randonnée, surtout si c’est la première fois qu’ils viennent. De cette façon, je peux leur dire comment se préparer pour leur aventure à venir: il est toujours bon de s’entrainer (marcher, courir) afin de muscler ses jambes! Parler avec des gens de différentes nationalités et différents langages me permet aussi d’améliorer mon anglais et mon français. Bien entendu, c’est toujours un plus pour un guide de connaitre un peu d’allemand ou de japonais, ou d’autres langues en général!

Comme vous avez déjà pu le deviner, j’adore mon travail. L’industrie du tourisme est la branche d’activité qui me correspond. Je ne me vois pas faire autre chose. Je respecte et j’aime mes clients. J’aime la nature et mon pays.

Je suis guide dans l’Himalaya et fier de l’être.

Advertisements
This entry was posted in Being a guide and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to Etre guide dans l’Himalaya

  1. Pingback: What does it mean to be a Himalayan guide? | The Natural Himalayas

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s